Non classé

40 ans…bientôt

26 février 2018

avoir 40 ans femme

Bientôt 40 ans…Oui, aujourd’hui j’ai 39 ans et demain, enfin dans 1 an, j’en aurai 40. Et oui je fais partie de ceux que la quarantaine « travaille », mais ceux qui me connaissent bien vous diraient en se marrant que toutes les étapes de l’âge m’ont travaillée! Aussi loin que je me souvienne, j’ai été hantée par le temps qui passe en fait.

Oui, ce n’est pas tant l’âge en lui-même le problème (quoi que ! On en reparle dans quelques années ?) que ce temps qui file comme le sable dans nos mains. Non mais vous avez vu à quelle vitesse ça passe une fois que l’on a quitté l’enfance ?! Enfant, on se languit de grandir, tout est lent……, on est dans une bulle…..et tous ces vieux cons qui te disent « oh, tu as bien le temps de grandir, tu verras comme le temps passe vite ! » Ben le vieux con, maintenant c’est moi, enchantée.

L’autre jour je lisais une interview de Penelope Cruz qui disait en gros que « bla bla, oui bien sûr elle aime vieillir,….que ce n’est pas être sain d’esprit que ne pas vouloir vieillir ». Merci Penelope, je sais bien que c’est objectivement absurde et totalement vain, et qu’il faut d’abord et toujours se réjouir d’avoir la chance de vieillir (ça, crois-moi Penelope, j’y pense très souvent !) mais figure-toi qu’on est une sacrée floppée à être flippés de l’âge et du temps qui passe, et donc pas très sains d’esprit d’après toi. Tapez « crise 40 ans » ou « bientôt 40 ans » dans Google et vous verrez plus de 900 000 résultats apparaître ….

C’est un peu comme la peur de l’avion et ces gens très rationnels qui t’expliquent que………oui enfin vous connaissez le refrain et bien cela ne m’a jamais rassurée, car OUI je suis aussi une flippée de l’avion. Tiens, tiens Audrey, aurais-tu du mal à lâcher prise ? A perdre le contrôle ?

Ceci dit, cette peur peut aussi avoir ses avantages. Mais oui ! Je sais maintenant que c’est elle qui me pousse à balayer très vite, plus vite que beaucoup de gens, des situations et des gens nuisibles.

Pour prendre une décision, légère comme parfois lourde de conséquences : je ne fais absolument pas partie de ceux qui tergiversent. Un exemple ? Invitez-moi à faire du shopping : je ne suis pas la reloue de service qui hésite trois plombes dans la cabine d’essayage, oui, non, peut-être « Qu’est-ce que t’en penses ? Attends j’appelle ma mère (mon mec) ». Bon ce n’est pas le meilleur exemple qui soit j’en conviens, non mais par exemple, un job nuisible, un environnement qui me saoule et hop j’envoie tout valser ! Cela m’est arrivé à plusieurs reprises, notamment avant de me lancer à 100% dans le Blog (merci la vie !) et je n’ai eu absolument aucun regret. Peut-être que je vous en parlerai ici un jour.

Bref, ça c’est un vrai avantage de mon point de vue, une peur qui devient une force. Comme quoi les peurs ne sont pas toujours paralysantes.

C’est aussi forcément cette peur qui me pousse encore à m’interroger très souvent sur le chemin que je veux prendre. Si ma vie me convient, si elle me rend heureuse, etc… Car si l’on y pense, à la vingtaine, on a la vie étudiante, une tranche de vie absolument géniale de mon point de vue ! Puis on a à cœur de trouver THE job, parfois l’amour, et un home sweet home. Qu’est ce qu’il s’en passe ! A la trentaine, on peut aussi trouver ou se mettre à vouloir ce qui précède, et même…..des enfants, truc de dingue, un vrai truc d’adulte.

Et à la quarantaine je trouve qu’une nouvelle question se pose.  Quels seront les grands chantiers de demain ? Que vais-je bâtir ? Que vais-je entreprendre ? Ou bien peut-être vais-je simplement savourer, apprécier.

Car pour être totalement honnête avec vous et moi-même et finir sur une note positive (toujours !), je trouve que l’âge a aussi un côté libérateur. Pour moi cela signifie certes faire du ménage dans ma vie dès que je le peux, mais aussi se libérer du regard des autres. Aujourd’hui, et ce n’était pas le cas quand j’avais 20 ans, je peux dire que je me fous du regard des autres, ou de ce que les autres peuvent penser de moi : je ne cherche plus l’approbation. Pas seulement en ce qui concerne le physique, le style, mais aussi par rapport à ce que je dis, pense. Je n’ai plus besoin ni envie d’appartenir à un groupe, à une sorte de coolitude (le Graal de mon adolescence !) Et ça je sais que je n’ai réussi à l’acquérir qu’avec les années. Comme quoi…

VOUS DEVRIEZ éGALEMENT AIMER

4 Commentaires

  • Répondre Nouk 26 février 2018 at 20:15

    ♥ on a quelques similitudes… 🙂

    • Répondre Audrey 26 février 2018 at 20:17

      C’est vrai ? On en n’a jamais parlé ! On debriefera autour d’une ptite bière ; )) ♥

  • Répondre Clothilde 1 mars 2018 at 17:57

    Joyeux Anniversaire Audrey ♥ !

  • Laisser un commentaire

    Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.